Grey's Anatomy

Forum RPG Grey's Anatomy
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A l'abris des regards...

Aller en bas 
AuteurMessage
Gregory House
Diagnosticien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Age : 32
Emploi : Diagnosticien
Côté coeur : En a-t'il seulement un?
Age du perso : 42 ans
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: A l'abris des regards...   Ven 23 Fév - 23:30

La nuit tombé, il devait être environ 23h que Gregory était sorti de chez lui car il n'arrivait pas à dormir. Une fois de plus, il repensa à ce qui avait causer l'handicap, enfin, la difficulté de marché qu'il connaissait depuis quelques années maintenant. Ce genre de soirée là, généralement, il avait besoin de prendre de l'air, de s'ahérer l'esprit afin de penser à autre chose et de se montrer désagréable avec une personne éventuelle et quelque peu curieuse qui serait venue l'enquiquiner avec des détails plus qu'inutile.

L'air était, doux, ne donnant aucunement chaud et faisant très légèrement froid dans le dos, le vent ne se limitant qu'a une simple caresse qui venait vous envahir sournoisement par derrière afin de parcourir la moindre parcelle de votre être avant de repartir aussitôt avant de s'évanouir dans une nuit douce et calme.

Au bout d'une demi heure de marche, le nouveau docteur du Seattle Grace arriva à l'entrée du parc et, comme s'il s'en foutait plus que royalement, s'y engouffra pour arriver, finalement, auprés d'un banc vide et autour duquel il n'y avait pas âme qui vive. Enfin un peu de tranquilité, celà le changerait. Et ne fusse que de penser à ce mot, tranquilité, il se mit à se poser des questions sur l'équipe d'internes qu'on lui collerait, enfin, si celà lui serait accepter bien évidemment.

Assis silencieusement, le regard posé sur le sol, un regard vide soit dit en passant, House resta longuement, semblant perdre toute notion du temps et ne montrant aucun signe apparent d'attention aucun où quelqu'un souhaiterait venir l'aborder pour une raison obscur et inconnue. Maisx après tout, impossible n'est pas français et, de ce fait, il ferait éventuellement une heureuse rencontre en ce lieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisa Shermann
Modo Fiches / Chef des internes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 372
Age : 111
Emploi : Chef des internes
Côté coeur : Célibataire
Age du perso : 34 ans
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: Re: A l'abris des regards...   Sam 24 Fév - 0:47

Oui oui, j'ai passé une excellente soirée moi aussi. Non non, je n'ai pas besoin que tu me raccompagnes, je prendrai un taxi. Oui oui, bien sûr on se contacte. Non non, moi je te rappelle. Ou pas d'ailleurs, de toutes façons, j'aurai du mal, je ne me souviens déjà même plus de ton prénom... J'aimais bien tes yeux. Ou tes mains. Ou les deux. Ou...Après tout peu importe, ça m'a fait de la compagnie...

Lisa était sortie ce soir, elle s'était laissée emmener dîner dans un luxueux restaurant par un avocat ennuyeux et après un ou deux (peut-être trois, qui sait...) Cosmopolitans et deux ou trois (était-ce quatre ?) Dry Martini, ils étaient passés au dessert. Sans envie, sans entrain, Lisa avait ressenti le besoin de prendre l'air plus que celui de passer une soirée dans le même lit que cet homme. Tom. Oui, il s'appelait Tom. Ou était-ce Paul ?

Elle glissa quelques dollars au chauffeur de taxi et se dirigea à grandes enjambées vers le parc ou elle effectuait souvent son footing. De l'air, elle avait besoin d'air. Elle avait toujours eu besoin d'air. C'est pour ça qu'elle n'ouvrait son coeur à personne, il n'y aurait plus de place pour l'air. Maintenant, il n'y avait plus que ça à l'intérieur, de l'air. Dans les tripes, de l'air ; dans la tête, de l'air ; dans le coeur, de l'air... De l'air, du vent, du vide. Un gros vide.

Ses talons claquaient, son coeur cognait, sa tête tournait. Et puis zut, elle foutait quoi là ? Lisa, wouhou, tu fous quoi ? Rien, elle ne foutait rien. Et en prime, elle n'en avait rien à foutre. J'ai réussi, se disait-elle. Je suis une chirurgienne reconnue, je suis riche, je ne suis pas comme ma mère et je suis heureuse. Oui bien sûr, elle était heureuse. Comme un poisson...sans eau. La petite voix qui criait "mais bien sûr" à chaque fois qu'elle se mentait à elle-même ne s'empêcha d'ailleurs pas de le lui faire remarquer...

Vite, un banc. Il fallait s'asseoir, tout de suite, sa tête tournait trop, son coeur cognait trop. Quelqu'un était déjà là, tant pis. De toutes façons, elle n'était plus à un détraqué mental près, après tous les types avec qui elle était sortie. Elle allait craquer. Ou vomir. Ou les deux en même temps. Et puis, alors ? Personne n'était la pour le voir. Non personne, excepté le détraqué mental avec sa canne à côté. Et puis quoi, elle avait bien le droit de se mettre à chialer, non ? Non, justement. Elle était Lisa Shermann, zut ! Et depuis quand, sous prétexte qu'on se prénommait Lisa Shermann, on n'avait plus le droit de pleurer ? Depuis que...


"Je suis si fatiguée..."

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory House
Diagnosticien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Age : 32
Emploi : Diagnosticien
Côté coeur : En a-t'il seulement un?
Age du perso : 42 ans
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: A l'abris des regards...   Sam 24 Fév - 5:15

Alors qu'il était donc calmement assis sur ce banc public, une âme esseulée arriva près de lui. Rien d'inquiétant pour House. En effet, ce dernier n'hésitait pas à regarder ces personnes passées, cherchant un moyen de se délecter de leur malheur, espérant ainsi trouver un quelconque réconfort dans sa propre vie plus ou moins chaotique.
Toutefois, il ne pu prévoir que cette personne, semblant désemparée, allait venir s'asseoir à côté de lui...

Chose qu'elle fit, sans retenue et, sans doute, par inadvertance. Certes, malgré ses quarantes ans, son style un peu décalé au niveau vestimentaire, autrement dit T-Shirt rock, chemise classique, veston et jeans sans oublier les baskets, Greg pouvait avoir un air quelque charismatique ou charmeur, c'est selon. Mais ce n'était pas une facette de lui qu'il mettait en avant, préférant de loin se moquer des personnes et se montrer très irascible.

Et vlan, voilà que madame se met à soupirant en commençant à définir son état physique qui, à en juger par sa mine, devait être le même que son état mental et émotionnel. Une soirée qui commençait calmement et non, fallait que la pleurnicharde du groupe vienne s'asseoir à côté de lui pour discuter avec ce cher docteur comme si il avait une tête de psychologue.


"Hum... Et moi j'ai le dos qui me gratte. Mon médecin pense que je fais un peu d'urticaire mais je crois surtout qu'il essaye de me souttirer de l'argent en me prenant pour une baudrouche."

Lâcha t'il au tac ô tac en venant poser un regard désintéressé et grimaçant vers celui de la jeune femme.

"Autrement dit, si vous êtes fatiguée, aller dormir au lieu de sortir... Les gens je vous jure, pfff..."

Il roula ses yeux sur leur orbite pour ensuite détourner son regard et venir le poser sur un petit lac qui se trouvait non loin de ce couple ficitf qui venait d'échanger leur premier mot de manière assez originale.
Elle s'était déclarée presque à lui comme s'il s'agissait d'un ami de longues dates avec qui elle avait l'habitude de discuter...
Lui vait simplement répondu avec son air je m'en foutiste habituel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisa Shermann
Modo Fiches / Chef des internes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 372
Age : 111
Emploi : Chef des internes
Côté coeur : Célibataire
Age du perso : 34 ans
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: Re: A l'abris des regards...   Lun 26 Fév - 1:50

Elle avait laissé échapper ça, comme ça, sans réellement s'en rendre compte. Il fallait faire taire les voix dans sa tête, arrêter ce foutu conflit entre elle et...elle-même. Elle avait pourtant pris des vacances, elle était allée plonger, elle avait retrouvé sa Méditerranée, elle avait voulu faire le vide dans sa tête. Il fallait se rendre à l'évidence : ça n'avait absolument pas fonctionné.

Où se trouvait donc ce vide ? Ou plutôt, comment pouvait-elle le combler ? Qu'est-ce qui n'allait pas avec elle ? Etait-ce son mode de vie ? Ou la façon dont elle s'était fermée à double tours et imperméabilisée contre tous les sentiments possibles ? De toutes façons, cela importait peu...Le résultat restait le même, elle était épuisée. Fatiguée de se battre contre elle-même...

Elle sursauta soudain. Quoi, le détraqué tentait une approche ? La main serrée sur son sac, elle n'attendait qu'un geste brusque de sa part pour sortir sa bombe lacrymogène... Décidemment, sur certains points, Seattle ressemblait cruellement à New-York. Et il fallait toujours qu'elle tombe sur des aliénés prêts à lui prédire la fin du monde ou à la menacer de viol et d'une mort brutale et atroce...

Elle prêta tout de même un peu plus attention aux paroles du vieux fou estropié. Apparemment, elles étaient plutôt cohérentes...et il était en train de se moquer ouvertement d'elle. D'ordinaire, elle aurait trouvé quelque chose de cassant et d'élégant à lui répondre, mais son encéphale embrumé ne trouvait que quelques jurons en italien à lui jeter en pleine figure. Le peu de conscience qui lui restait lui murmura qu'il était préférable de trouver autre chose, et vite.


"Et si c'était de vous entendre qui me fatiguait...devrais-je vous faire taire par tous les moyens possibles ?"
Sur cette réplique qu'elle avait trouvé au pied levé et lâché d'un ton sec, son accent typiquement New-Yorkais pouvait écorcher les oreilles de n'importe quel américain qui remarquait dès lors qu'elle avait traversé tout le pays pour s'installer dans ce trou de la côte Ouest...

Elle resongea un moment à ce qu'elle venait de lâcher. Tous les moyens possibles... Elle s'imaginait bien le faire une trachéotomie avec des brindilles ou lui arracher les cordes vocales avec sa main... Ou même tenter de lui couper la langue avec sa seule lime à ongles pour y parvenir... Lisa Shermann, il est grand temps que vous arrêtiez de boire.

Et puis ce vieil ahuri... Qu'est-ce qu'il pouvait bien faire ici, d'ailleurs ? Il n'avait pas l'air trop stupide et pourtant il s'était posé comme le premier clochard du coin sur ce banc miteux. Après réflexion, peut-être avait-il lui aussi besoin d'air et de retrouver la paix... Décidemment, quel tact la chirurgienne possédait là.... Son bon sens la sommait d'aller faire quelques pas et de s'asseoir plus loin tandis que sa fierté montrait ses crocs et jurait déjà que rien ne la ferait bouger de ce foutu banc poisseux !

Elle fouilla dans son sac parfaitement coordonné à ses chaussures et à son maquillage qui, vu la nuit noire, ne se remarquaient même pas et en sortit un paquet de cigarettes. Les mains tremblantes, elle en porta une à ses lèvres et entreprit de l'allumer. Ceci fait, elle se résigna à tendre le paquet vers l'inconnu sarcastique après avoir haussé les épaules.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory House
Diagnosticien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Age : 32
Emploi : Diagnosticien
Côté coeur : En a-t'il seulement un?
Age du perso : 42 ans
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: A l'abris des regards...   Jeu 15 Mar - 12:30

Assis sur son banc calmement, sans rien demander à personne, House avait décidé, non pas de chasser cette demoiselle en proie a ces problèmes mais, de tenter d’avoir la tranquillité qu’il aimait avoir. La solitude, il n’y avait que ça de vrai pour lui. Il faut dire que le contact avec les autres était un peu comme une sinécure et, ce, depuis l’âge de ses… 3ans ?! Enfin soir, il avait été sec, sans douceur. Qu’il paraisse d’un clochard ou d’un malotru qui aurait espéré sauter sur cette femme, alors soit, cela lui était parfaitement égal après tout. Son but n’était pas de se faire aimer. Il ne vivait que pour son travail et le fait de pouvoir torturer ses collègues médecins qui, à ses yeux, étaient la plupart du temps assez incompétent.

Sur ce, cette chère demoiselle assez stylée, au point que l’on aurait pu se demander qu’est ce qu’elle venait faire dans une ‘zone’ pareille, quelque peu morne, accompagné d’un état des lieux quelque peu miteux, ne prit pas la fuite pour autant. Cela aurait été bien trop facile. Ainsi donc, voyant qu’elle cherchait comment répondre, le docteur, souffrant d’une petite infirmité, soupira légèrement en faisant un rapide tour de l’orbite de ses yeux avec ces derniers.

Ainsi donc, elle répondit par une habile contre-attaque, enfin, d’une certaine manière. Pour Grégory, cela n’était jamais qu’une réponse d’une personne qui ne craignait pas trop un chien qui mord. En parlant de ça d’ailleurs, le diagnosticien tourna son visage vers la jeune femme tout en lui adressant un sourire qui était pour le moins ‘faux’. Faux comme faux cul, moqueur. Bref, un sourire à la House.


« Oh, et elle sait articuler plus de trois mots en plus. Faudrait que je prévienne mon médecin, je dois commencer à avoir des hallucinations. »

Répondit il dans un ton à la fois sec et ironique. Qui sait, peut être se mettrait il à pleurer aussi ? Non, quand même. House pleurer serait comme demander la lune sans confession. Autrement dit, un miracle.

Mais, apparemment, cette réponse ne lui suffit pas. Il avait à peine regarder la femme quelques instants, sa manière de se tenir, de répondre et, surtout, de prendre une cigarette dans son paquet tout en tremblotant légèrement. Il ne fallu alors pas beaucoup de temps pour que le diagnosticien étudie le cas de cette Lisa Sherman dont il ignorait encore le nom. Et, bien évidemment, sachant qu’il avait une fois de plus raison, il n’allait pas se priver pour faire partager son savoir et son sens de la logique.


« Au lieu de traîner ici à cette heure-ci, utiliser votre portable pour appeler un bon psy. »

Reprit il toujours aussi sèchement mais avec une sorte d’autorité presque paternel dans la voix. A l’hôpital comme en dehors, il n’hésitait pas à se montrer pratiquement mal-élevé dés qu’il devait déclarer quelque chose. Mais, cela dit en passant, voilà l’un des uniques points qui rendait à la fois House plus que détestable et… adorable en même temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisa Shermann
Modo Fiches / Chef des internes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 372
Age : 111
Emploi : Chef des internes
Côté coeur : Célibataire
Age du perso : 34 ans
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: Re: A l'abris des regards...   Lun 19 Mar - 17:52

Ne voyant aucune réaction de la part du vieu fou devant le paquet de cigarettes qu'elle tendait, le Docteur Shermann se vit obligée de le reposer là où elle l'avait sorti, c'est à dire dans son sac à main. S'il avait choisi de ne pas mourir du cancer, c'était tant mieux pour lui, voilà un mariole de plus qu'elle n'aurait pas à ouvrir. Elle inspira longuement sur sa cigarette et après avoir lentement expiré, elle ferma un instant les yeux.

Les paupières closes, la terre tournait cent fois plus vite alors que son cerveau, lui, allait au ralenti. En y réfléchissant, elle devait vivre un peu comme ça, à l'aveuglette, les yeux constamment fermés... Tout allait si vite. Sa vie était si rapide. Son travail, ses sorties... Les opérations s'enchainaient, les hommes aussi, mais son esprit faisait du sur place. Lisa était dégoutée, lassée par le train de vie qu'elle menait. Et ce soir était le soir des remises en question. Peut-être était-ce son horloge biologique qui s'affolait ? Elle avait besoin de stabilité, d'un foyer, d'une famille ?

Intérieurement, elle éclata de rire. Elle n'était pas faite pour ça. Etre une épouse et une mère était à des kilomètres de sa nature de femme forte et indépendante. Elle ferait une mère horrible, c'était d'ailleurs son plus gros point commun avec sa génitrice.

Elle rouvrit rapidement les yeux, tout cela n'avait pas duré plus de deux ou trois secondes, et les planta au beau milieu de ceux de son interlocuteur. Cet homme, la quarantaine assumée, avait dans ceux-ci une certaine lueur que la chirurgienne n'aurait su définir. Cachant habilement son trouble, elle durcit son regard avant de déclarer sans émotion avec un air des plus désabusés


"Et vous, papy, utilisez vos fonds de pension médiocres pour vous payer un hospice plus décent que ce banc public."


Mais qui était cet homme ? Cette question avait dégrisé la chirurgienne et la taraudait de plus en plus... Plus elle le jaugeait et plus il l'intriguait. Elle porta de nouveau sa cigarette à sa bouche et recracha la fumée en plissant légèrement les yeux. Elle l'avait déjà vu quelque part, elle en était à présent certaine. Peut-être au restaurant ? Si tant est qu'on accepte un tel énergumène dans un endroit public ! Alors peut-être était-ce à l'hôpital...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory House
Diagnosticien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Age : 32
Emploi : Diagnosticien
Côté coeur : En a-t'il seulement un?
Age du perso : 42 ans
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: A l'abris des regards...   Lun 20 Aoû - 20:29

House était toujours assis là, ‘sagement’ sur son petit banc. Sagement était un bien grand mot bien évidemment, surtout vu le discours pour le moins cru qu’il se permettait de tenir à cette demoiselle qui semblait ne pas connaître. Ironie du sort, ils travaillaient ensemble dans le même hopital. Mais bon, en même temps, si House n’aimait pas passer de temps avec les patients, ce n’est pas pour autant qu’il en avait à perdre avec les autres médecins. Bien loin de là. D’ailleurs, ces derniers avaient toujours le don de paraître ridicule ou trop coincé à ses yeux…

Ridicule et coincé… C’est exactement comme cela qu’il perçut alors cette chère mademoiselle Sherman lorsqu’elle sortit de sa rêverie pour lui sortir une réplique qui, à ses yeux, manquait de piquant. Un peu comme une jeune aristocrate rebelle qui était revenu à la dure réalité de son rang et ayant repris ses anciens tiques de langage.

Bien évidemment, cela aurait pu faire rire notre cher Gregory mais, à la place, ce dernier se pencha en avant, venant alors frotter son front quelques secondes contre le pommeau de sa canne. Signe de fatigue ou d’exaspération ? Hum, peut-être. Il faut dire que, généralement, lorsqu’il faisait cela, c’est qu’il réfléchissait à un cas assez intéressant dont il n’arrivait pas à trouver la réponse. Ce genre de situation où vous n’avez que deux ou trois heures pour trouver un diagnostique qui sauverait le patient au lieu de le laisser mourir comme un pauvre abruti totalement déconfit.


« Relax, on se détend… Pas besoin d’être aussi coincé… »

Déclara-t-il alors finalement lorsque sa tête quitta sa canne pour que son regard se pose, à nouveau, sur celui de Lisa. Le tout, alors que sa main droite venait dans la poche de sa veste chercher un tube de comprimé. Ah, de la bonne vieille vicodine comme on en fait plus. Question de soulager la douleur qu’avait le médecin à la jambe et qui, avec le temps, était surtout devenue psychosomatique.

« Puis moi allez dans un hospice ? Mais vous voulez ma mort ou quoi… »

Rajouta-t-il de son visage neutre avant de porter deux comprimés à sa bouche, ce qui le plongea alors dans un silence inévitable de quelques secondes. Silence pendant lequel il ferma les yeux en croquant ses deux petites pillules, les avalant aussitôt.

« Je dois déjà me taper le boulot de médecin et vous voulez que j’aille dans un hospice… Je vous l’avais dis… Aller consulter… »

Termina-t-il avec sa continuelle ironie alors qu’il se repenchait à nouveau en arrière. Semblant à la fois neutre, sévère, et serein. Bref, un vrai petit coktail de mystère derrière des airs de rabougris…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A l'abris des regards...   

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'abris des regards...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A l'abris des volatiles (PV Olivia)
» A l'abris de la neige. [Privé]
» 02.03/18.L. A l'abris des regards indiscrets...
» Près du Louvre [à l'abris des regards]
» Viiite, une cachette ! [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grey's Anatomy :: Seattle :: Prendre l'air :: Parc-
Sauter vers: